Grande nouvelle: nous allons ouvrir une deuxième boutique!!!

Un an !
Voilà le temps qu’il aura fallu entre le moment où nous avons pris la décision de chercher un deuxième point de vente, et le moment où nous avons enfin les clefs.

 

Quel parcours !
La décision a été relativement simple à prendre pour Arnaud et moi même.
Après 2 années passées dans la boutique rue Romarin, nous avons dû faire le bilan. Les chiffres d’affaires étaient en augmentation, notre notoriété aussi, mais cela ne suffisait pas pour pouvoir vivre correctement de notre aventure.
Nous avions alors un choix à faire: persévérer ou arrêter.
Mais comment arrêter après avoir investi tant de temps, d’argent, et d’énergie dans une entreprise qu’on aime et dont nous sommes si fiers ?
Car nous en sommes fiers d’Hello Brooklyn ! Non pas fiers comme pourraient l’être des patrons, fumant un cigare à bord d’un Yacht amarré à Miami, mais plutôt fiers quand on regarde ce que l’on a accompli depuis le début de l’aventure.
Nous avons inspiré des créateurs d’entreprises qui se sont lancés aussi dans le donut (parfois en allant jusqu’à copier notre logo ou utiliser nos propres photos), nous avons réussi à attirer une clientèle fidèle chaque jour plus importante, nous avons élaboré une recette unique de donuts, nous venons de lancer une épicerie américaine en ligne qui reçoit un bon accueil, on parle de nous comme étant les référents du donut fait maison en France, des étudiants nous ont même rapporté que dans des écoles de marketing les profs prennent notre communication sur les réseaux sociaux en exemple !

 

elvis

 

Nous nous sentons un peu responsables du petit engouement pour le Donut en France!
Et ce serait dommage de ne pas en profiter et de ne pas se battre pour rester un acteur incontournable de cette « micro-scène ».

 

Nous avons donc décidé en novembre dernier de chercher un nouveau point de vente sur Lyon, mieux placé que l’actuel, plus spacieux, nous permettant de proposer un « corner » épicerie U.S. imposant et surtout d’avoir enfin des places assises pour permettre à nos clients de s’installer.

 

C’est à cette période qu’un ami proche, Manuel nous montre son intérêt pour notre société. Comme nous sommes alors en recherche de capitaux pour cette nouvelle boutique et que son profil est complémentaire aux nôtres, nous l’accueillons volontiers au sein d’Hello Brooklyn. Vous l’avez sans doute déjà vu derrière le comptoir !

 

Nous nous sommes donc mis en chasse. Et ce fut le parcours du combattant.
Entre les Droits au bail aux montants exorbitants, les loyers dignes des Champs Elysées, les demandes toujours plus farfelues des propriétaires (on nous a demandé de déposer sur un compte bloqué 2 ans de loyers complets en avance), et les régies qui réclament toujours plus de garanties…. sans compter celles qui ne se sont pas données la peine de nous répondre.
Nous avons dû visiter une vingtaine de locaux, et éplucher une centaine d’annonces.

 

Et enfin, le Graal !
Cette boutique, nous l’avons visité début mars, et elle a fait l’unanimité pour nous comme pour nos proches: spacieuse, en bon état, et très bien située, le tout pour des sommes « raisonnables » au vu de ce que nous avions vu jusqu’ici.

 

200

 

Nous nous sommes alors rapprochés de la régie et de la propriétaire. Après un premier refus, et une insistance proche de la lourdeur de notre part, nous avons décroché le sacro-saint accord de Mme la propriétaire fin Juillet.
Mais après avoir bataillé pour trouver une boutique, il a fallu se tourner vers les banques pour la financer.
Nous qui pensions que le plus dur était fait !
Nous allâmes donc voir méthodiquement toutes les enseignes bancaires qui existent, nos 3 derniers bilans, un prévisionnel et un business plan sous le bras, sûrs que plus rien ne pourrait nous arriver d’affreux maintenant.

 

1219341395_la-cite-de-la-peur7
 

 

Quelle erreur !
On a beau entendre partout que les banques aident volontiers les entrepreneurs (elles communiquent allègrement dans ce sens d’ailleurs), ce n’est pas du tout le ressenti que nous avons eu. Et ce, même pour une somme qui ne dépasse pas le quart d’un billet pour aller dans l’espace à bord de Virgin Galactic.

Il leur faut tout savoir sur votre vie, il faut qu’un organisme type SIAGI ou BPI accepte de se porter caution pour au moins 50% du montant, il faut un apport d’au minimum 40%…
Et gare à vous si vous êtes dans la restauration de type rapide, tous les indicateurs passent au rouge !
Nous avons donc eu une dizaine d’entretiens, et pour résumer :
-la palme de l’entretien le plus désagréable possible revient à la Banque Populaire. La conseillère, qui n’a pas daigné regarder notre dossier, nous a gentiment dit qu’il existait déjà beaucoup trop de restaurants « à bagels ». Oui, nos produits sont troués au centre et sont d’origine américaine, mais donuts≠bagels !
-la palme de l’entretien le moins utile revient au Crédit Lyonnais, nous avons eu droit à des appels et des mails la semaine qui a suivi l’entretien pour avoir des informations, lesquelles avaient déjà été expliquées 5 fois lors de l’entretien précédent et inscrites en gras soulignées dans le business plan.
-la palme du « j’enfoutisme » revient à la BNP, qui est pourtant notre banque. Deux mois et demi pour avoir une réponse de principe, 5 mails et 15 messages vocaux restés sans suite… A l’heure actuelle, nous attendons encore un appel de leur part…

 

Nous avons donc réussi, grâce à des coups de pouce de nos parents, de nos chéries (cœur) et une détermination à toute épreuve.
Enfin quand je dis « nous avons réussi », je veux dire que nous avons enfin la possibilité de rentrer dans un local.
Il nous reste tout à faire : les travaux, se faire connaître, et travailler dur.

 

Pour info : c’est au Crédit Agricole que ça se passe désormais pour nous. On nous répond en moins d’une journée: c’est incroyable que ce critère doive entrer en ligne de compte en 2014.

 

Voilà donc notre nouvelle boutique :
DSC00105

DSC00107

 

Elle est située au 17 rue Childebert, à 5m de la place de la république, juste à côté du subway.

 

Nous allons garder notre boutique actuelle, c’est la ou nous continuerons de fabriquer nos merveilleux donuts tous les matins.
Nous avons pas mal de travaux à faire, mais nous espérons ouvrir d’ici 3 semaines. Vous pourrez bien sûr, comme pour notre premiere boutique, suivre l’avancement des travaux ici même.

Share on TwitterShare via email